Intro

Cette page est le fruit de nombreuses années d’étude de ce qui a été dit, fait et écrit sur le pied du cheval, de réflexions, de formations diverses sur le parage, de confrontations entre les théories et croyances communément acceptées comme vérités absolues et d’études basées sur ce qu’est réellement un pied de cheval mais aussi et surtout de constatations et d’applications à mes chevaux de ce qui m’a semblé le plus logique et surtout le plus fondé sur l’anatomie du pied. Grâce à mon cheval, devenu peu à peu sensible, puis très sensible des pieds, j'ai commencé à essayer de comprendre, pourquoi et comment. De lectures d'articles en échanges avec d'autres personnes, d'autres cultures, et petit à petit nous nous sommes mis sur le bon chemin. Sur cette route il a souvent fallu faire ignorer les biens-pensant: - "un cheval pieds nus, ça ne va pas" - "une sole plate et fine, impossible de remettre ça en état" - "il est comme ça, il n'y a rien à faire"

Repartir des faits et se concentrer sur les solutions: Tant que mon cheval est sensible, c’est que son pied ne fonctionne pas. Tant qu’il est sensible, il faut que j’en trouve la cause et le soigne. Bien sûr, j’aurais pu le ferrer. Mais, cela n’aurait été que masquer ce qui le gênait et cela serait ressorti sous une autre forme (arthrose, « naviculaire »,colique, etc). Intuitivement je me disais que je le ferrerais uniquement si son pied fonctionnait….. Bizarre non ? Dans un monde où l’on ferre les pieds des chevaux parce qu’ils ne fonctionnent pas et qu’ils sont faibles…. Je ne regrette pas aujourd’hui. J'aimerais aussi que l'on rende un peu plus justice au cheval et arrêter de dire que le cheval ne peut pas marcher pieds nus mais que l'on admette que, peut-être : "nous de SAVONS pas comment faire pour le faire marcher pieds nus, par manque de connaissances".


Histoires, croyances, cultures

La croyance de nos cultures européennes est qu’il n’est pas possible qu’un cheval travaille pieds nus, voire pire : il est normal qu’un cheval pieds nus ne puisse pas travailler ou sortir en extérieur ; alors, tout simplement, on ne cherche pas de solution puisque c’est juste NORMAL. D’autres cultures qui ont la chance d’avoir à leur porte des chevaux redevenus sauvages et vivant pieds nus, partent beaucoup plus du principe qu’un cheval doit pouvoir marcher et travailler pieds nus et se demandent pourquoi les chevaux domestiques ne le pourraient pas et comment il est possible de leur redonner un pied fonctionnel.

C’est aussi cette approche qui m’a convaincue, car elle ne baisse pas les bras,elle cherche à trouver les disfonctionnements des pieds de chaque cheval, pour qu’un cheval pieds nus ne soit pas juste une poulinière ou un cheval retraité. Heureusement, les temps changent, petit à petit, même sur le continent européen, de plus en plus de chevaux dits "de sport" sont pieds nus et montrent le chemin. Comment serait le monde si on partait du principe que ce que l'on voit ou veut voire n'est pas forcément la réalité absolue, mais juste une partie très infime de cette réalité?


Les contre-vérités

Tellement d'idées préconçues circulent sur le pied du cheval, que j'ai maintenant envie d'y rajouter ma vision des choses: "un cheval pieds nus ça ne va pas" - pourquoi la nature aurait-elle rendu le cheval à ce point handicapé, que la partie la plus importante de son anatomie, celle qui lui permet de rester en vie, ne fonctionne que grâce à un fer posé dessus? "Ce cheval pieds nus a des pieds sensibles" - qu'est-ce qu'on appelle sensibilité? Marcher sur des oeufs ou alors juste choisir son terrain? Un cheval pieds nus ne marchera bien sûr pas comme un cheval ferré. Ses pieds lui permettront de lire le terrain. En général, un cheval pieds nus marchera de façon plus précautionneuse (ce qui ne signifie pas toujours DOULEUR!) ; à moins d'y être contraint, il modifiera ses allures sur les sols plus durs ou plus caillouteux ; il cherchera les terrains plus confortables...et rien de plus normal que protéger ses pieds, qui sont un gage de survie ; il marchera souvent la tête plutôt à l'horizontale.

"Ferré,le cheval se trouve dans la situation d'un aveugle qui tente de lire le braille avec des dés à coudre au bout de ses doigts !" (Pierre Enoff)

En savoir plus


Qu'est-ce que le parage ?

Basiquement, « parer » c’est râper la boîte cornée. De manière plus complexe, lorsque l’on pare le pied d’un cheval, on agit directement sur la boîte cornée et indirectement sur l’intérieur du pied. Lorsque l’on pare, on travaille donc en réalité sur 2 «objets » ; il faut donc faire attention à ce que l’on voit mais aussi à ce que l’on ne voit pas, mais dont la santé découle. La boîte cornée n’est QUE la chaussure du cheval et l’objectif principal du parage est que cette « chaussure » doit s’adapter aux structures internes du pied et y adhérer solidement pour quel’ensemble soit solide et fonctionnel. En tant que propriétaire de chevaux nous avons tendance à trouver qu’un parage est bien fait lorsque le pied esthétique en final. Certes c’est un critère, mais c’est de loin moins important que beaucoup d’autres critères car selon comment est atteinte l’esthétique de la boîte cornée, cela peut être ou non contre-productif.


Juste deferrer ou laisser pousser: ça ne suffit pas

Pour avoir un cheval pieds nus, l’idéal est évidemment de ne jamais ferrer un poulain. Un cheval aura, à 5 ans (certains disent même entre 6 et 7 ans) son pied adulte….Lorsque le cheval est ferré, comme la plupart de nos chevaux domestiques, à 3 ans, comment peut-on laisser évoluer et grandir les structures internes du pied essentielles à son fonctionnement, telle que le coussinet plantaire, la phalange distale, lorsqu’elles sont emprisonnées dans un fer ? Ces structures se retrouveront par conséquent, atrophiées, incapables de grandir,alors que le corps du cheval grandira. Laisser un poulain pieds nus, le plus longtemps possible, jusqu’à ce que sa croissance soit finie,est déjà lui donner l’opportunité de développer un pied à sa taille. Mais il ne suffit pas, de laisser le poulain grandir pendant 3 ans avant le débourrage,sans parage adapté. Les distorsions de la boîte cornée qui peuvent apparaître dès le plus jeune âge, doivent être corrigées régulièrement. L'alimentation du poulain, son logement seront aussi des critères essentiels à l'avenir de son pied...


Le pied et l'équilibre ostéo-musculaire 2 disciplines bien distinctes...qui ne devraient pas être considérées l'une sans l'autre.

Pour certaines distorsions des pieds, il est illusoire de vouloir rééquilibrer 1 pied si l'on a pas trouvé l'origine des blocages ostéo-musculaires du cheval. Il est fréquent de voir des ferrages où l'on s'acharne à équilibrer les pieds par tous les moyens....hélas, bien souvent, le cheval développera dans les années qui suivent d'autres pathologies, boiteries ou problèmes liés à l'appareil locomoteur.

En savoir plus

Qu'est-ce qu'un bon pied ?

Force est de constater que si l'on pose cette question, on obtiendra autant de réponses différentes que de personnes présentes.... Nous ne croisons au quotidien quasiment QUE des chevaux ayant des pieds pathologiques et déformés. "La norme" devient ce que nous croyons être juste.... Nous ne savons plus ce qu'est un "bon pied". Or, que l'on ait un cheval ferré ou pieds nus, il est important de savoir à quoi devrait ressembler "un bon pied" afin de déceler les déformations à temps, avant qu'une pathologie plus lourde ne s'installe...et que l'on attribue ceci à la malchance, la génétique...

 
Flyers pied

L'équilibre du pied, mais encore

Le pied est en équilibre lorsqu'il se pose en équilibre par rapport au sol. Ceci dépend de l'équilibre ostéo-musculaire du cheval et du développement des structures internes (coussinet plantaire, cartilages), ainsi que de la sole. C'est un équilibre dynamique dans lequel chaque structure interne peut jouer son rôle au maximum de son potentiel. Dans l'absolu, lorsqu'un pied arrive à l'équilibre, on constate qu'il n'y a plus de pousse anarchique de telle ou telle partie du pied.

Equilibre des organes<-> équilibre du corps

Autant les déséquilibres ostéo-musculaires vont empêcher la progression d'un pied. Autant le confort que le pied procurera au cheval lui permettra de détendre ses muscles. Par exemple un cheval dont l'arrière du pied est inconfortable, contractera ses épaules pour se soustraire à la douleur, posera probablement son pied "de travers" ce qui pourra engendrer le développement de calcifications ou de durcissement des cartilages qui à leur tour empêcheront le pied de progresser (Pour y remerdier, Cf "Baume décalcifiant et Spray méridiens et sabots", rubrique Shop).

En savoir plus

Le pied, le miroir du corps,le pied est le miroir de l'état de santé du cheval.

Je ne saurais assez répéter que le mode de vie mais aussi le métabolisme trouvent souvent leur expresion dans les pieds. Je ne réinventerai pas ce qui est aussi déjà publié par beaucoup, notamment KC Lapierre dans l'un de ses articles: podologieequineappliquee "Quand le pied interne est moins bien suspendu, il en résulte une compression chronique légère du corium solaire, ce qui peut causer des ecchymoses, des abcès, et une mauvaise production de corne. D’où peut venir ce manque de suspension ? Le plus souvent, il résulte d’une élastose chronique légère. L’élastose est une augmentation de l’élasticité des tissus conjonctifs et du cartilage (en d’autres mots, une perte de potentiel élastique – qui est la capacité à résister à la déformation). Lorsque les tissus conjonctifs souffrent d’une perte de potentiel élastique (ce qui se produit dans tout le corps), le pied est le premier endroit où nous en voyons les symptômes. Principalement parce que la liaison entre pied interne et boîte cornée est soumise à d’énormes contraintes. En savoir plus


"La vérité ?" Mon point de vue

Il serait bien prétentieux de dire qu’il y a UNE vérité sur les pieds nus et qu’on la connaît. Chaque cheval est unique, l’environnement et le passé de chaque cheval sont uniques. Malgré tout l’équilibre du pied en relation avec l’ensemble du corps du cheval est essentiel à sa bonne santé et à une locomotion correcte, et ceci que le cheval soit ferré ou non. Quand on commence à s'intéresser au pied du cheval, on ne peut qu'être admiratif devant la complexité de ce "bijou d'anatomie". Les recherches, les méthodes de parage, les connaissances évoluent. Et chaque jour, chaque discussion avec des professionnels, chaque lecture m'amène d'autres réflexions. Rien n'est immuable lorsque l'on a à faire à un être vivant. Il nous remet chaque jour en question.


Quelques exemples de parage