Une bonne nutrition pour une meilleure guérison
mai 6, 2019
Le syndrome de Cushing en question – Partie 2
mai 6, 2019

Le syndrome de Cushing en question Partie 1

Aujourd’hui, il est courant semble-t-il, de diagnostiquer un syndrome de Cushing sur des chevaux jeunes (jusqu’à 10 ans), qui ne présentent pas  les symptômes typiques : hirsutisme, atrophie musculaire, fatigue, ventre tombant, transpiration importante, etc. L’on parle selon les sources de 15 à 30% de chevaux dit “âgés” (au delà de 15 ans….peut-on réellement parler de cheval âgé à 15 ans?) atteints de Cushing, dont la moitié en aurait été atteints avant l’âge de 15 ans. C’est énorme ! Sur la base du test ACTH, ces chevaux se voient administrer à vie le Pergolide (Prascend).

Asiste-t-on à une recrudescence du Cushing ou y aurait-il d’autres pistes à explorer?

 

Dans la littérature, on trouve, qu’auparavant, le syndrome de Cushing consistait en une suractivité des surrénales. C’est une maladie du système hormonal qui atteint les chevaux âgés et consiste en un excès de cortisol (endogène) dû à dysfonctionnement de l’hypophyse ou des surrénales ou de glucocorticoïdes (exogène = cortisone).

Wikipédia résume ainsi: “Le syndrome de Cushing est défini précisément comme un hypercortisolisme chronique. Constitué par un ensemble de symptômes dus à un excès de sécrétion d’une hormone cortico-surrénalienne, le cortisol, par les glandes surrénales, il a été décrit de manière princeps par Harvey Cushing en 1932. Ce sont des adénomes cortico-surrénaliens qui sont le plus souvent trouvés à l’origine de cette affection. La maladie de Cushing, pathologie dont la terminologie est strictement associée à une origine dite « haute », le plus souvent hypophysaire (adénomes corticotropes sécrétant de l’ACTH), est l’une des formes du syndrome de Cushing dont les causes peuvent être multiples (adénomes surrénaliens, sources ectopiques d’ACTH, origine médicamenteuse en raison de prises excessives de corticoïdes).La manifestation la plus visible chez l’homme est l’apparition d’une obésité chronique de la partie supérieure du corps, un aspect bouffi du visage, des manifestations cutanées et un hirsutisme, ainsi que des troubles psychologiques variés. C’est une pathologie également fréquente chez le chien et les équidés (25% des plus de 20 ans).”

 

L’hypophyse libère l’ACTH qui provoque la production de cortisol par les glandes surrénales. Dans le syndrome de Cushing, l’ACTH est libérée en excès, impliquant une production excessive de cortisol.

L’une des explications invoquée est une tumeur de l’hypophyse. Il existe d’autres origines possibles, notamment l’administration de corticoïdes.  En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code