Le syndrome de Cushing en question Partie 1
mai 6, 2019
L’eau, plus qu’un élément Une source de vie
mai 6, 2019

Le syndrome de Cushing en question – Partie 2

La proportion de chevaux atteints de cushing prend des dimensions incroyables. Les symptômes qui alarment sont : mauvaise mue, poils longs et bouclés, apparition de fourbure et fonte musculaire. Il est souvent question de tumeur de la glande pituitaire, mais est-il possible qu’autant de chevaux développent ce genre de tumeur ou y aurait-il d’autres causes possibles ?

SYMPTÔMES VISIBLES

Les chevaux peuvent présenter les symptômes suivants:

– se fatiguent facilement

– un ventre pendant en raison de leur faiblesse corporelle

– un poil hirsute ou bouclé

– une mue qui traine en longueur

– une fragilité des os

– des changements du tissu conjonctif

– des infections fréquentes

– dépots adipeux au-dessus des yeux

– soif excessive

– transpiration excessive

Les causes invoquées pour cette dégradation sont un taux de cortisol endogène excessif.

La prise de sang du vétérinaire révèle le taux d’ACTH (hormone adrénocorticotrophine). Si celui-ci est trop élevé, rapidement un médicament est prescrit à vie. Ce médicament est un dérivé de l’ergot de seigle. Il est utilisé en médecine humaine dans la maladie de Parkinson. Un tel médicament n’est pas sans effets secondaires. Un tel médicament ne peut «guérir», c’est évident.

UNE HORMONE DE STRESS QUI S’AFFOLE

L’analyse médicale d’un taux d’ACTH élevé est de considérer qu’il s’agit d’un dysfonctionnement hypophysaire (glande pituitaire), qui provoque une décharge trop élevée d’ACHT. L’ACTH est une hormone de stress, dont le rôle est de stimuler le cortex surrénalien pour produire des glucocorticoïdes, par exemple le cortisol (qui est, entre autres anti-inflammatoire et immunosuppresseur), les minéralocorticoïdes (comme l’aldostérone, hormone de soif) et les hormones sexuelles. L’histamine produite en cas d’allergie peut aussi être à l’origine d’un taux élevé d’ACTH.

Chez des chevaux sensibles, une simple prise de sang peut suffir à faire augmenter le taux d’ACTH.

LE STRESS

L’ACTH est un élément central de régulation de l’axe hypothalamus-hypophyse-surrénales, autrement appelé “axe du stress”. Le stress provoque une stimulation du système sympathique et une libération accrue d’ACTH (Schwartz, 2007).

Il est donc possible qu’une augmentation de l’ACTH soit tout à fait naturelle. Le stress, le froid, la douleur, des efforts soutenus, des blessures ou maladies, des émotions fortes et d’autres stress physiques et psychiques provoquent une augmentation du taux d’ACTH (Schwartz, 2007). Une alimentation carencé en un ou plusieurs éléments peut également être source de stress. En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code