Calcifications du pied et du paturon
mai 6, 2019

Digestion et dysbiose

Un bon fonctionnement digestif est la clé de la santé du cheval

LA DIGESTION DU CHEVAL

Le gros intestin est le siège de la digestion complexe et spécifique du cheval. Il permet la digestion de fourrages grossiers et est notamment le siège de la digestion microbienne. Dans le gros intestin, sont digérés cellulose, hémicellulose et pectines libérées par les microorganisme en 48h. C’est ainsi que le cheval dispose d’acides gras à chaines courtes, hautement digestibles. Le foin est le principal fournisseur d’énergie et de vitamines solubles.

Pour ce processus, la muqueuse intestinale avec ses villosités intestinales, l’environnement intestinal avec ses bactéries et micro-organismes et le mouvement du cheval sont d’importance capitale – ce n’est que de cette manière que les aliments structurels peuvent être correctement valorisés.

DE L’EQUILIBRE A LA DYSBIOSE

Le gros intestin doit pour assurer un bon fonctionnement, maintenir un pH relativement neutre (6,8-7,5) ; si le pH est déséquilibré le risque de colonisation bactériennes inapropiées et donc d’une inflammation de la muqueuse, de fermentations inadaptées, de kotwasser (crottins en 2 phases) et même d’ulcères augmente. La résorption des substances issues de la digestion est perturbée, créant ainsi une situation de carences en minéraux et vitamines hydrosolubles ainsi qu’en énergie, par une mauvaise valorisation du fourrage grossier (Énergie).

La fermentation est une décomposition des substances organiques par les bactéries et micro-organismes en l’absence d’oxygène. Mais les bactéries et les micro-organismes ne produisent pas seulement des chaînes courtes d’acides gras mais aussi des substances indésirables telles que l’ammoniac, le dioxyde de carbone, le méthane et l’hydrogène sulfuré. Si le cheval est nourri avec trop d’énergie, de protéines, de fructane, des fibres trop courtes, des carences minérales, si le fourrage contient des toxines, des additifs, si le fourrage est contaminé (pesticides, mycotoxines), il aura tendance à développer des intolérances alimentaires ; si le cheval souffre de stress (isolement, peurs, manque de nourriture – repas trop courts, …), s’il a des troubles métaboliques, s’il reçoit des médicaments ou si il ne peut tout simplement pas être rassasié par manque de quantité et de volume, la flore intestinale sera déséquilibrée. Ceci s’appelle une dysbiose.

La dysbiose s’accompagne de la mort des bactéries «superflues» libérant des endotoxines. Plus les bactéries indésirables sont impliquées plus le phénomène s’accompagnera d’un intestin gonflé, ce qui provoque aussi des pressions sur le diaphragme en relation avec le coeur et les poumons.
En savoir plus

En savoir plus

1 Comment

  1. Mr WordPress dit :

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code